Cinéma municipal “Espace des Nouveautés”

Le cinéma municipal est actuellement fermé.

 

Une réouverture malheureusement impossible à ce jour (mai 2021), mais un magnifique projet qui verra le jour en 2023.

Lorsque la municipalité est parvenue à sauver le cinéma en 2019 – après de longs mois d’imbroglio juridique qui l’ont opposée à l’ancien exploitant de la salle[1] – elle a hérité d’un bâtiment dont l’état catastrophique s’est révélé au fil de nos investigations. Depuis sa réouverture, de courte durée, en raison du contexte sanitaire que nous connaissons depuis mars 2020, et malgré des travaux d’aménagement de première urgence menés par les services municipaux, les problèmes techniques n’ont cessé de s’accumuler.

Le bâtiment du cinéma n’est malheureusement pas viable : il est impossible d’y accueillir le public dans des conditions de sécurité normales.

Pour autant, il n’est pas question pour la Ville de priver les Vauréens du plaisir du 7ème art après les longs mois de privation dus à la crise sanitaire.

Tout en construisant le projet de complexe cinématographique de trois salles, dont un auditorium prévu pour 2023, une solution alternative et peu coûteuse est recherchée pour une réouverture du cinéma avant la fin de l’année : l’idée est de déplacer le matériel de projection du cinéma dans l’une des deux halles, tout en y maintenant les activités culturelles, sociales ou sportives qui s’y déroulent habituellement.

Le projet de complexe de trois salles, quant à lui, avance à grands pas ! Le cabinet Hexacom, chargé par la Ville de mener une étude de marché, a rendu ses conclusions : elles sont très positives et augurent d’un bel avenir culturel et économique pour Lavaur. Elaboré avec l’ARAC (Agence Régionale Aménagement Construction Occitanie), financièrement soutenu par la Région Occitanie (contrat bourg-centre) et par le Département du Tarn, le projet prévoit d’installer le complexe au même endroit – central, il représente un atout indéniable – avec la création de deux salles supplémentaires, dont une dédiée à l’auditorium (une salle mixte, qui sera utilisée, entre autres, par les élèves de la section « Audio-visuel » du lycée Las Cases). La jauge totale des trois salles est estimée à 340 places (192 aujourd’hui). L’ARAC, qui poursuit sa mission, proposera à la Ville, d’ici fin 2021 soit le réaménagement, soit la construction d’un nouveau bâtiment. Le coût de l’opération, 3 millions d’euros, sera supporté, au moins aux deux tiers, par nos partenaires.

[1] Un contrat de délégation de service public, signé par le prédécesseur de Bernard Carayon (en 1992), liait la Ville à l’exploitant du cinéma et de la discothèque le Mylord. Ce dernier a rompu, sans prévenir la municipalité, le contrat en mars 2019. Or, l’exploitant était titulaire d’un bail à construction des locaux du cinéma jusqu’en 2021 lui donnant tous les droits sur le bâtiment du cinéma : la Ville, piégée, a dû démêler un véritable casse-tête juridique.

Pour créer un complexe cinématographique de trois salles, dont un auditorium, dans le cadre du contrat Bourg-centre signé alors avec le Conseil Régional, le maire a refusé de renouveler le bail. L’exploitant, en droit d’exiger un important dédommagement de la commune, a assigné la Ville au tribunal de Castres.

La priorité de la Ville était alors d’ouvrir le cinéma au plus vite. Elle a recruté le projectionniste, choisi un avocat, négocié, et réussi à faire signer par l’exploitant, avec l’administrateur judiciaire, un protocole d’accord demandant la résiliation du bail commercial et du bail à construction, en échange de 150 000€. (Protocole d’accord voté, à l’unanimité, au conseil municipal du 24 janvier 2020).

Ce qui a permis la réouverture du cinéma, devenu municipal, de façon provisoire, et d’effectuer, entre autres travaux, de premiers aménagements d’urgence : le changement du matériel défaillant, financé par le Centre National Cinématographique (CNC).

La Ville, désormais propriétaire de l’ensemble des bâtiments (cinéma et ancienne discothèque) construit aujourd’hui son projet de complexe cinématographique avec le soutien financier du Conseil Régional d’Occitanie et du Conseil Départemental du Tarn, dans le cadre d’un contrat Bourg-Centre. Trois salles dont un auditorium, pour le lycée et le collège sont prévues.